La cuisine


Cuisine

Pour vous mettre en appétit, vous pouvez commander des bocas (amuse-gueule), et en particulier des chicharrones (couenne de porc frite).
Le plat national est le gallo pinto. Il s’agit d’un plat qui a pour base invariable le riz et les haricots ; base à laquelle s’ajoutent soit des œufs, soit de la viande. On accompagne ce plat de galettes faites à base de farine de maïs : les tortillas, pain de l’Amérique latine.
Le plat traditionnel est le casado (qui signifie « marié ») et qui est le plat que toute bonne épouse doit pouvoir servir à son mari. Il s’agit d’une (grande) assiette bien remplie dans laquelle on dispose un repas complet : une salade de crudités (le plus souvent du chou), du riz, des haricots et de la viande (de bœuf, de poulet) du poisson ou des fruits de mer (notamment de délicieuses crevettes ou même de la langouste).
Tout aussi répandu, le ceviche est un délicieux plat de poisson blanc (souvent du bar) ou fruits de mer, marinés dans le jus de citron et assaisonné d’oignon et de coriandre.
La coriandre fraîche et l’oignon parfument d’ailleurs la plupart des plats de légumes, de viande ou de poisson, ce qui finit par leur donner une saveur assez uniforme.
Le poulet (pollo) est l’un des aliments préféré du pays. On le trouve cuisiné sous toutes les formes. Le bœuf, élevé dans le pays est un véritable régal si l’on sait expliquer la cuisson désirée. Comme dans beaucoup de pays, les grillades sont souvent archi-cuites et il faut beaucoup de persuasion pour obtenir une viande saignante ou bleue ! Mais alors, quel délice …

Au Costa Rica, les mets sont en général très peu épicés.
Les tamales sont de petits pâtés à base de farine de maïs et farcis de viande et de légumes que l’on prépare, traditionnellement, à l’occasion de Noël.
Le gâteau tres leches (aux trois laits) est une sorte d’entremet au goût prononcé de lait concentré sucré. Autre dessert : l’arroz con leche (riz au lait) est également très apprécié. Dans les deux cas, il faut aimer le sucre !

Boissons

L’eau est potable dans tout le pays. Vous pouvez néanmoins préférer de l’eau minérale que vous trouverez partout. Les jus de fruits fraîchement pressés (frescos et jugos), sont délicieux. En revanche, le Costa Rica n’est pas reconnu pour son vin. Il n’en produit pas et en importe peu. Si le manque est trop fort, vous trouverez cependant du vin rouge ou blanc (vino tinto, vino blanco) dans les grands restaurants de cuisine étrangère et surtout de cuisine française.
L’alcool national est le guaro fabriqué à partir de la canne à sucre. On fabrique aussi de bons rhums et quelques bières, boisson favorite des Ticos. Vous trouverez surtout beaucoup de bières américaines, blondes et légères.
Le café costaricien est évidemment incontournable. Il est délicieux et très varié. Sa culture donne lieu à autant de soin que les vignes en Europe et les différentes plantations du pays proposent des saveurs aussi diverses que les paysages qui les abritent. Il faut donc essayer de goûter, pour les comparer, les différentes provenances et les différentes torréfactions. Cependant, attention : les ticos ont tendance à préparer le café « à l’américaine ». Si vous voulez boire un café parfumé et corsé, la formule magique est « no aguachacha » (autrement dit « pas de jus de chaussette ! »).
Une autre option consiste à repérer les rares cafés ou restaurants disposant d’une machine à expresso.

Les différents types de restaurants

Le soda est restaurant modeste qui propose généralement un menu du jour (comida corrida, plato del día ou ejecutivo) ou de la restauration à l’heure du déjeuner. On trouve des pulperías dans le moindre petit village. Il s’agit d’une petite échoppe qui vend les produits de base (conserves, boissons, pain, lait) et parfois des plats rapides. Les panaderías (boulangeries) et pastelarías (pâtisseries) servent aussi parfois des sandwichs et des boissons.
Le long des routes, vous rencontrerez de petits étals vendant pratiquement tous les fruits et légumes de saison. N’hésitez pas à goûter les délicieuses petites bananes, les fraises cultivées et vendues sur les pentes du volcan Poas ou les noix de coco vertes dont on boit le jus à la paille.

Il est finalement difficile de trouver un restaurant de cuisine costaricienne un peu élaborée… À San José, la Esquina del café est l’un des rares à vous proposer ce type de cuisine (au coin de l’avenida 9 et de la calle 3 bis, derrière le Holiday Inn, tél. 257-9868, ouvert tous les jours). Pour manger une grillade de bœuf costaricien délicieuse essayez le News Cafe, un restaurant américain (!) adossé à l’hôtel Presidente (avenida Secunda, calle 9).
Dans les villes, vous pourrez trouver des restaurants chinois, italiens, mexicains et même français… Par ailleurs, les chaînes de fast food internationales sont très présentes. À tout prendre, mieux vaut essayer la restauration rapide locale : les Rosti Pollos, où l’on sert du poulet frit ou rôti à la manière costaricienne, les Pop’s et Wall’s, spécialisés dans la crème glacée.

La plupart des restaurants affichent leur menu en espagnol et en anglais. L’addition comprend généralement le pourboire (propina) de 10 % et une taxe de 13 %.

– Gallo pinto Costaricien –
El verdadero gallo pinto tico
C’est le plat le plus typique en Amérique Centrale .
Chaque pays ou région a sa version .A lui seul il représente plus de la moitié des repas Costariciens.

Préparation : 5 minCuisson : 15 minPour 4 personnes

Ingrédients :- 400 gr de haricots noirs ou rouges cuits- 400 gr de riz cuit- 50 gr d’oignons- 50 gr de poivrons rouges- 7 gr de coriandre frais- 1 cuillère à soupe de sauce « lizano » ou viandox- 1/2 cuillère à café de tabasco ( facultatifs )- épices pour gallo pinto ( facultatif )- sel, huile d’olive ( 2 cuillères à soupe ) ou margarine ( 30 gr )

Préparation:- le riz et les haricots doivent être cuit la veille . Il est possible d’utiliser des haricots cuits en conserve même si c’est mois bon .- Si vous choisissez des haricots secs, laisser les tremper pendant une nuit . Les faire cuire dans 2 litres d’eau avec sel, poivre, origan, cumin, feuille de laurier, oignon et ail pendant 4 heures à petit feu et couvert ( ou deux heures à la cocotte ).
Laver, éplucher et couper en petits cubes les légumes .
Laver le coriandre et le hacher finement .
Dans une poêle faire chauffer la margarine ou l’huile .
Faire frire l’oignon 2-3 min à feu moyen .
Ajouter le poivron et prolonger la cuisson 2-3 min en mélangeant .
Ajouter les haricots, mélanger et faire cuire 2-3 min de plus .
Ajouter le riz,
les épices de gallo pinto ( si vous en avez ), le coriandre frais, le sel la sauce lizano, le tabasco si vous aimez ce qui est épicé .
Tout mélanger et laisser cuire 3 min de plus .
Servir chaud accompagné d’oeufs au plat ou brouillés, de fromage frit et de crème fraiche .

20120606-220554.jpg

En espagnol

Recette des « Tamals rouges » (pour 38 Tamals environ).

Ingrédients :
– 1 livre de maïs (maïzena ou polenta pour les besoins de la cause!) – 1 livre de saindoux ou margarine – 1 livre de riz
– 1/2 livre de viande de porc ou poulet – 3 grands piments (« chile guaqe ») – 4 piments rouges
– 10 tomates – 1 cuillère de rocou – 1 tasse d’olives
– 1/2 cuillerée de sel – 30 feuilles de bananier plantain
– 30 feuilles de mashan (faux bananier sylvestre) – 1 poignée de « cibaque » (ficelle pour l’occasion)

Préparer la sauce ainsi : cuire à la poêle tomates, poivrons et piments, puis les passer à la moulinette et ajouter rocou et sel. Pour préparer l’enveloppe placer une feuille de mashan puis une feuille de bananier au-dessus. Verser 2 grandes cuillerées de pâte de maïs. Dans un trou aménagé au milieu, mettre un petit morceau de viande, la sauce et une olive. Refermer les feuilles sur la pâte de façon à former un paquet rectangulaire et nouer un brin de ficelle en croix pour maintenir l’ensemble (à défaut de feuilles de bananier, l’utilisation de papier d’aluminium est évidemment plus commode mais conduira à un résultat assez éloigné!). Couvrez le fond d’une marmite ou d’une cocotte de feuilles de bananier, placez-y les Tamals, puis une autre couche de feuilles. Couvrez d’eau bouillante aux 3/4 et ajouter une cuillerée de sel. Laissez cuire 3h en complétant au fur et à mesure avec de l’eau bouillante.

20120607-152510.jpg

En espagnol

Tres leches dessert

La base est un biscuit, bien gonflé imbibé d’un mélange de 3 laits : lait concentré sucré, lait concentré non sucré et crème.

RECETTE

Pour le biscuit :

• 150 gr de sucre
• 5 oeufs
• 120 ml de lait
• 220 gr de farine
• 1/2 cuillérée d’extrait de vanille
• 1 cuillerée de levure

Préchauffer le four à 200°.
Dans une terrine, battre les jaunes et le 3/4 du sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Rajouter le lait, la farine, la levure et l’extrait de vanille. Battre les blancs en neige et incorporer le reste du sucre. Puis mélanger le tout. Beurrer un moule rectangulaire et verser le mélange. Faire cuire 45 minutes. Laisser refroidir et démouler.

Pour la crème :

• 1 boîte de lait concentré sucré de 395 gr
• 1 boîte de lait concentré non sucré de 395 gr
• 20 gr de crème liquide
• 1 gousse de vanille

Mélanger tous les ingrédients. Ouvrir la gousse en deux et gratter la pulpe dans le mélange. Verser ce mélange sur le biscuit tiède. La pâte doit absorber la totalité.

Pour le nappage :

• 3 blancs d’œufs
• 150 gr de sucre
• 60 ml de lait

Battre en neige les blancs d’œufs très ferme et y incorporer 50 gr de sucre. Dans une casserole, faire bouillir l’eau et le reste du sucre. Ne pas laisser blondir le sucre. Incorporer l’eau et le sucre aux blancs sans cesser de mélanger doucement. Etaler sur le gâteau le mélange puis mettre au frais au moins 4 heures avant de servir.

Ce gâteau est encore meilleur préparé la veille. Il peut se conserver 3 jours au frais.

En espagnol

Bon appétit !!! Buen Provecho !!

20120607-152630.jpg

Publicités

Commentez ici

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s