Publié dans le pays, Uncategorized

Comment venir ?


Pour le vol Orly-San José, pour ma part Iberia est la meilleure solution. Une seule escale à Madrid et environ ( selon la saison ) 600-800€ l’aller-retour.
Iberia
Ensuite, arrivée à San José il y a 3 solutions :
1. Le Taxis environ 150 $, 3h30 de route et vous y êtes .. Assez cher
Sachez que si vous êtes plus de 2 personnes, des navettes sont disponibles et le prix ne change pas donc plus économique.
2. Le bus 60$ mais les départs se font que jusqu’à 14h, ce qui vous oblige à passer une nuit à San José et 5h de route…
3. Enfin le vol local 60$ environ jusqu’à Quepos et 20m de taxis jusqu’à Platanillo, disponible également après une nuit à San José les arrivées se faisant à 16-17h, trop tard pour l’avion local.

Depuis quelques années et l’engouement grandissant pour le Costa rica, de nombreuses compagnies proposent aujourd’hui des vols directs ou indirects pour le Costa Rica dont Air France qui vient d’annoncer un vol direct hebdomadaire éffectif à partir de Novembre 2016.

Il y a également Lufthansa et American Airline avec une arrivée à Liberia.

Pour toutes informations, me contacter.

Il y a également la location de voiture, mais dans ce cas prévoyez un bon itinéraire 😉

La lumière est au bout du chemin ^^

20120605-162002.jpg

Réseau routier

Le réseau routier au Costa Rica est bien développé, même s’il y a peu d’autoroutes. Le pays est traversé du nord au sud par la route interaméricaine (Carretera Interamericana), aussi appelée Panaméricaine, qui est très utilisée et généralement bien entretenue, ce qui n’exclut pas quelques nids de poule ! Les routes nationales sont en général constituées de 2 voies assez étroites, qui s’étranglent souvent au moment de la traversée d’un cours d’eau ou d’un passage difficile.
De manière générale, en dehors de la Panaméricaine, les routes sont souvent abîmées. Les routes secondaires vous mènent à l’aventure : elles ne sont pas toujours revêtues sur toute leur longueur (on ne peut donc pas se fier aux premiers kilomètres de bitume) et sont souvent très abîmées en particulier par les ruissellements d’eau et de boue à la saison des pluies. Trous de toutes tailles, obstacles et véhicules en tous genres (bœufs, cavaliers, cyclistes, …) y sont légion. Sur ces routes secondaires, le 4×4 est recommandé.
Prudence donc et patience : les temps de déplacement sont parfois déconcertants. N’hésitez pas à compter 2 à 3h pour effectuer 100 km sur une grande (et belle) route. Le même temps sera nécessaire pour franchir une vingtaine de kilomètres sur une route défoncée….
Évitez de conduire la nuit en dehors des agglomérations sur les routes non éclairées (certaines le sont), surtout pendant la saison des pluies.
Par ailleurs, attendez-vous à tout moment à voir s’arrêter le véhicule qui roule devant vous : les autocars, par exemple, sont autorisés à stopper pour prendre des passagers, même sur les autoroutes ! Quant aux bas côtés, ils sont peu stabilisés et s’y arrêter peut être dangereux. Enfin, sachez qu’il est parfois difficile dans certains villages de trouver de l’essence; donc soyez prévoyant !
Attention : pendant la saison des pluies, certaines routes sont fermées à la circulation.

Code de la route

Les panneaux de signalisation sont nombreux, variés et quelque fois déconcertants. Les flèches de toutes formes indiquant les virages dangereux sont impressionantes. Retenez et notez surtout les panneaux suivants : « Puente angosto adelante » (pont étroit plus loin), « Ceda el paso » (cédez le passage), « No hay paso » (interdit de passage), « escuela » (école) et « despacio »(ralentir).
Dans les villes, regardez à la fois au dessus de votre tête, puisque les feux y sont le plus souvent suspendus, mais aussi au sol où le marquage indique les sens de circulation. Il y a peu de panneaux indicatifs, et il est souvent très difficile de repérer le nom du village que l’on traverse. Entraînez vous à observer les panneaux publicitaires ou administratifs (postes, cafés, téléphones) qui vous indiqueront (parfois) le nom de la localité.
Attention : à San José, la circulation dans le centre est très réglementée.

Stationnement

Les vols dans les voitures demeurent fréquents, donc soyez prudent. Conseils habituels : pour éviter les problèmes, stationnez dans des endroits éclairés ou très fréquentés, verrouillez toutes les portes de votre véhicule, n’y laissez rien traîner qui soit tentant. Dans les grandes villes, stationnez dans les parcs surveillés des hôtels et des restaurants ou dans les nombreux parqueos publicos (stationnements publics). Soyez cependant vigilant : certains sont ouverts 24h/24, d’autres pas et les prix valsent du simple au décuple à quelques centaines de mètres.

Location de voiture

Louer un véhicule est possible dès votre arrivée à l’aéroport si vous êtes âgé de plus de 21 ans et disposez d’un permis de conduire international. Les agences de location de voitures sont très nombreuses : faites jouer la concurrence !
Il vous faudra être muni d’une carte de crédit sur laquelle sera retenu un dépôt de garantie de 1 000 € environ. Vous devrez également souscrire à une assurance quotidienne minimale. Enfin, vérifiez bien qu’un autocollant stipulant le numéro d’enregistrement du véhicule est collé sur le pare-brise avant. Afin d’éviter toute corruption ou détournement, c’est ce numéro que les policiers sont tenus d’indiquer s’ils dressent une contravention…que vous paierez plus tard à l’agence de location.
Compter autour de 35/40 US$ par jour pour une petite voiture, et plutôt 60 à 80 US$ par jour pour un 4×4.
Le 4×4 s’impose en saison humide ou pour visiter des régions éloignées, plus difficilement accessibles ou relativement sauvages. Dans le cas contraire, la location d’une voiture n’est peut-être pas la solution idéale compte tenu de l’excellent réseau d’autobus et du faible prix des taxis !
Attention au remboursement de la caution, pas si automatique que ce qu’on pourrait croire.

N’hésitez pas à consulter ce site pour un devis : location de voiture

En taxi

Les taxis sont très faciles à repérer puisqu’ils sont tous rouges. Ils sont nombreux, même dans les petites villes. Vous les trouverez donc facilement dans la rue sans avoir besoin de les appeler par téléphone, notamment dans les stations de taxi aménagées en centre-ville ou près des hôtels.
Pour un trajet à l’intérieur d’une ville, les chauffeurs sont tenus de mettre le compteur (maria). Compter 1 à 2 US$ maximum pour une course dans San José.
On peut aussi louer un taxi à la journée ou à la demi-journée. Quand on sort d’une ville, le prix de la course est préalablement fixé, et le chauffeur n’est pas tenu de mettre le compteur. Compter 500 colonnes par Km . La loi concernant la majoration de 20 % la nuit n’a plus cours.

En train

Le tremblement de terre de 1991 et des problèmes financiers avaient eu raison de ce moyen de locomotion, mais le service de train interurbain a été réactivé en 2005.

En bus

Le réseau costaricien de transports en commun est très développé et les bus, lents mais nombreux, desservent le moindre petit village. Ils sont assez confortables et très utilisés. C’est aussi le moyen de locomotion le moins cher : vous pourrez voyager d’un village à l’autre dans le pays pour quelques centimes. Compter environ 10 US$ pour une longue distance, de San José à la Péninsule Osa par exemple. En principe, vous n’avez pas besoin de vous procurer des billets à l’avance ; vous pouvez payer votre place directement au chauffeur. Entre les villages, il n’ y a pas vraiment d’arrêt (ni pour la montée, ni pour la descente du bus). Il suffit de faire signe au chauffeur pour qu’il s’arrête.

Vous pouvez consulter ma page sur les horaires de bus. https://theowlhousecostarica.com/2016/03/25/bus-schedules-horaires-de-bus/

En avion

Le Costa Rica possède un bon nombre de pistes d’atterrissage, essentiellement pour les vols domestiques, soit à proximité de villes de desserte régionale (aéroport de Golfito dans le sud du pays par exemple) ou près de stations balnéaires d’importance (Tortuguero , barra del Colorado, etc.).

2 grandes compagnies aériennes se partagent le ciel costaricien : Sansa Regional Airlines, une entreprise d’État, et Nature Air, une compagnie privée. Alors que la première utilise l’aéroport international, la seconde se sert de l’aéroport Tobias Bolaños, en banlieue ouest de la capitale.
Ces 2 compagnies proposent généralement des tarifs intéressants pour voyager à travers le pays. Au-delà du temps gagné, le survol des paysages costaricains est une pure merveille qu’il ne faut pas manquer. Le voyage qui vous mènera de San José à Tortuguero par les airs offre un spectacle absolument inoubliable !
Compter environ 153 US$ l’aller-retour San José-Tortuguero avec Nature Air. Comme toujours, plus le billet est acheté à l’avance, moins il est cher.
Cependant, attention : les avions qui effectuent ces vols intérieurs sont en général assez petits, et le poids maximal des bagages que vous pouvez emporter est en principe de 20 kg.

À pied

En ville, le sort du piéton n’est pas toujours enviable. Les trottoirs ne sont pas toujours faits pour y marcher et les pièges (trous, obstacles, marches démesurées, …) sont aussi nombreux que sur la chaussée. Regardez où vous mettez les pieds !
Par ailleurs, rejoindre une adresse peut parfois se révéler ardu : le pays fonctionne avec un système d’adresses basé sur l’orientation géographique à partir d’éléments de repère tels qu’une intersection, un édifice important, une place centrale ou un parc public. Ainsi, l’adresse postale d’un hôtel pourrait se lire comme suit : 100 m au sud et 300 m à l’ouest du parc central. Dans les villes, vous pouvez également lire des adresses comme calle 4, avenida 3/4 ou avenida 4, calle 2. Ceci signifie que l’endroit que vous cherchez se situe dans la 4e rue entre les 3e et 4e avenues ou sur la 4e avenue près de la 2e rue.

Publicités

Auteur :

Pura vida

Commentez ici

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s