Publié dans la region, le pays

The Rainforest


« Deep in the rainforest the silent watchfulness of thousand creatures surrounded us and we felt as one with the earth’s essence. »

« On a dark, cloudless night in Costa Rica, we witnessed the fiery explosions of Arenal Volcano. This is how the earth must have looked in its tumultuous beginnings. »

Evocative images. Strong emotions. Such are Costa Rica’s almost magical attractions that soothe today’s spirit weary traveler.

We live in a world filled with material goods; we are protected from the elements in our safe cocoon of concrete, glass and steel but, somehow, something is missing.

Only when we escape this artificial environment do we recognize how strong is our human need for contact with the natural world. There we find energy…for the soul.

Costa Rica has become a Mecca for travelers seeking to escape the stress and tedium of the modern world and the monotony of more conventional vacation destinations. Here they can slow down, immerse themselves in beauty and establish a link with nature.

Costa Rica is a small mountainous country on the narrow Central American isthmus. It is only a day’s drive from the northern border with Nicaragua to neighboring Panama in south, and one could cross from ocean to ocean in only a few hours. But why hurry? There’s just too much to see in between.

In Costa Rica life reaches it’s greatest expression…

Costa Rica’s stunning scenic heritage unfolds in an ever-changing panorama of steaming volcanoes, forested mountains, dramatic skies and bucolic countryside. Dark lowland jungles give way to rolling savannas; Pacific surf crashes against rocky headlands, in sharp contrast to the tranquility of palm-fringed Caribbean beaches.

The climate is idyllic. In the lowlands – which are dry in the Pacific northwest and humid elsewhere – daytime temperatures range in the eighties to nineties F° (high twenties to mid-twenties C°) at middle elevations, the mercury can fall as low as the forties and fifties F° (five to mid teens C°) at the top of the mountains. Even night time frost is an uncommon occurrence on the highest peaks. Within each elevation range, temperatures remain relatively constant year-round.

Rainfall, on the other hand, is subject to annual and regional patterns. The northwest has a fairly well-defined dry season (« verano » or summer) from November to April. The dry season is a month or two shorter along the southern Pacific coast. July also tends to be a dry month on the Pacific slope. Welcome rains during the balance of the year bring about a general greening and refreshing of the countryside. Rains usually come in afternoon cloudbursts, leaving the mornings sunny and the nights sky filled with stars.

This period is called « invierno » (winter or rainy season) or « temporada verde » (green season). Rainfall on the Caribbean slope is more evenly distributed throughout the year, with marked dry periods in May-June and again in September-October.

Each year, Costa Ricans welcome thousands of visitors to share the peaceful beauty and natural treasures of their country.

In Costa Rica, tropical nature has reached its greatest expression.

From the top of the mountains…

Located in the tropical latitudes, between the giant biological influences of North and South America and boarded by two oceans, mountainous Costa Rica enjoys an immense diversity of climates and ecosystems.

Twelve major life zones harbor an astounding amount of plant and animal life. While Costa Rica covers a mere 0.03% of the planet’s surface, the nation is endowed with over 5% of all life forms on earth.

Costa Ricans have preserved this invaluable biodiversity in protected areas covering fully one quarter of the land and organized into major units called Conservation Arias. No other country in the world has so much actively protected area per capita. Costa Rica is often cited as a model for conservation in harmony with community development and economic growth.

National parks and reserves are open to the public at government established fees. Private reserves set their own entrance rates.

An impressive 22,647 miles (36,447 km.) of roads plus well-developed nature trail systems give easy access to every habitat and all but the most remote areas. You can drive to the very edge of a volcanic crater, through the heart of a mountain jungle, take an aerial tram ride in the rainforest canopy and soak up sun on a deserted beach, all on the same day.

Rainforest

In the foothills and lowlands of both slopes, Costa Rica’s rainforests harbor thousands of known life forms and thousands more yet to be described. They are among the last strongholds of biodiversity on earth. Resonating with the songs of birds, at dawn. the rainforest is quiet in the heart of the day, its stillness punctuated by the insect-like call of poison dart frogs, the rasping of cicadas or the whistled notes of wrens and antbirds.

The dark, cool interior of primary rainforest is surprisingly free of entangling vegetation. Only where light manages to filter through the interlocking canopy to the forest floor does vegetation proliferate. Walking in the rainforest is like taking a step back time. The modern world and all its stress fade into insignificance.

Cloudforest

The forests on the upper slopes of Costa Rica’s mountains and volcanoes are frequently draped in mist and clouds. Algae, mosses and lichens get a foothold on the constantly wet surfaces, providing a places for orchids, bromeliads, ferns and innumerable other plants to cling to. So prolific is these « epiphytic » growth in the cloud forest that bare branches are virtually non-existent. Sometimes harsh conditions such as prevailing winds and supersaturated soils cause the forest to be stunted – like the elfin forest at Monteverde’s continental divide or the gnarly, dwarf woods at the summit of Poás Volcano.

The cloud forest captures the imagination of even the most cynical among us. It emanates a sense of ancient and enduring life. Of peace. Sitting quietly overhead, its long feathery tail swaying gently in the breeze, is a scarlet and emerald bird that seems to embody the spirit of the cloud forest. Aptly named, the Resplendent Quetzal is considered by many to be the most beautiful bird in the world.
20120831-155208.jpg

Volcanoes and Mountains

Costa Rica’s nine active volcanoes vividly remind visitors of the awesome power contained by the earth’s thin mantle. At Irazu Volcano, it is easy to see why Neil Armstrong said that its desolate landscape looks like the surface of the moon. Anyone peering into Poás mammoth crater with its boiling, sulfurous lake, is reminded just how tenuous is man’s supposed dominion over the world.

Arenal, most active and no doubt the most studied of all Costa Rica’s volcanoes, booms and rumbles with an unnerving consistency and its nocturnal pyrotechnics have struck awe in the hearts of thousands of observers. On the lower slopes of Rincón de la Vieja, the power is vented in boiling mud pots, hissing fumaroles and thermal streams.

« Profondément dans la forêt tropicale, le son de milliers de créatures nous encerclent et nous nous sentons unis avec l’essence de la terre. » « Par une nuit sombre, sans nuages au Costa Rica, nous avons assisté à l’explosion ardente du volcan Arenal. Voila comment la terre a commencé dans ses débuts tumultueuses ». Images évocatrices. Émotions fortes. Telles sont les attractions presque magiques du Costa Rica qui apaisent le voyageur stressé d’aujourd’hui. Nous vivons dans un monde rempli de biens matériels ; Nous sommes protégés contre les éléments dans notre cocon de béton, de verre et d’acier, mais d’une certaine façon, il manque quelque chose Uniquement lorsque nous échappons à cet environnement artificiel nous reconnaissons combien forte est notre besoin humain pour le contact avec la nature. Il nous procure de l’ énergie… pour l’âme. Costa Rica est devenu une Mecque pour les voyageurs cherchant à fuir le stress et l’ennui du monde moderne et la monotonie des destinations de vacances plus conventionnelles. Ici ils peuvent s’apaiser, se plonger dans la beauté et établir un lien avec la nature. Le Costa Rica est un petit pays montagneux sur l’étroit isthme centraméricain. C’est seulement une journée de route de la frontière nord du Nicaragua et à Panama au sud, et vous pouvez traverser d’un océan à l’autre en seulement quelques heures. Mais pourquoi se presser ? Il y a juste trop de chose a voir entre les deux. Au Costa Rica revivre, c’est une expression … Du Costa Rica superbe patrimoine pittoresque se déroule dans un panorama toujours changeant des volcans à la vapeur, montagnes boisées, ciel dramatique et campagne bucolique. Les Jungles sombres céder le pas à des savanes ; Les vagues du Pacifique s’écrasent contre des promontoires rocheux, en contraste avec tranquillité des plages Caraïbes bordées de palmiers. Le climat est idyllique. Dans les basses terres – qui sont sèches dans le Pacifique Nord-Ouest et humide ailleurs – les températures vont dans les années 80 aux années 90(20-30° C) à des altitudes moyennes, le mercure peut tomber aussi bas que les années 1940 et 1950 (5C en moins°) au sommet des montagnes. La nuit même le temps froid est un événement rare sur les plus hauts sommets. Au sein de chaque gamme d’altitude, les températures restent relativement constantes toute l’année. La Pluie est soumis à des tendances régionales et annuelles. Le Nord-Ouest a une assez bien définie saison sèche (« verano » ou l’été) de novembre à avril. La saison sèche est un mois ou deux plus courts le long de la côte du Pacifique Sud. Juillet a aussi tendance à être un mois sec sur le versant du Pacifique. Le Début des pluies pendant le reste de l’année apportent une écologisation générale et l’actualisation de la campagne.les Pluies arrivent généralement en après-midi torrentielles, laissant le matin ensoleillé et le ciel de nuit remplie d’étoiles. Cette période est appelée « invierno » (hiver ou saison des pluies) ou « temporada verde » (saison verte). Précipitations sur la pente des Caraïbes sont répartie plus équitablement tout au long de l’année, avec des périodes de sécheresse marquées en mai-juin et en septembre-octobre. Chaque année, Costa-Riciens accueille des milliers de visiteurs pour partager la beauté paisible et les Richesses naturelles de leur pays. Au Costa Rica, nature tropicale a atteint sa plus grande expression. Du haut des montagnes… Située dans les latitudes tropicales, entre les influences biologiques géants du Nord et l’Amérique du Sud assaisonné par deux océans, les montagnes du Costa Rica jouissent d’une immense diversité de climats et d’écosystème. Douze grandes zones de vie abritant une quantité incroyable de vie végétale et animale. Tandis que le Costa Rica couvre seulement 0,03 % de la surface de la planète, la nation est dotée de plus de 5 % de toutes les formes de vie sur terre. Costa-Riciens ont conservé cette précieuse biodiversité dans les aires protégées couvrant entièrement le quart du pays et organisées en grandes unités appelées des Arias de Conservation. Aucun autre pays au monde a autant de zone activement protégée par l’habitant. Costa Rica est souvent cité comme un modèle pour la conservation en harmonie avec la croissance économique et de développement communautaire. Parcs nationaux et réserves sont ouvertes au public au frais du gouvernement établi. Réserves privées définissent leurs propres taux d’entrée. Un impressionnant milles 22 647 (36 447 km) de routes ainsi que les systèmes de sentier bien développé donne un accès facile à tous les habitats et les régions les plus reculées. Vous pouvez conduire au bord d’un cratère volcanique, au cœur de la jungle, faire un tour de tram aérien dans la canopée de la forêt tropicale et vous imprégnez vous de soleil sur une plage déserte, tout dans la même journée. Forêt tropicale humide Dans les contreforts et les basses terres des deux cotes, les forêts tropicales du Costa Rica abritent des formes de vie connues diverses et encore des milliers non repertoriées. Ils sont parmi les derniers bastions de la biodiversité sur terre. Écho avec les chants des oiseaux, à l’aube. la forêt est calme au coeur de la journée, son calme ponctué par l’appel ressemblant à des insectes de la famille des Dendrobatidae, le râpage des cigales ou les notes sifflées des troglodytes et des fourmilliers. L’intérieur sombre et fraîche de la forêt tropicale humide primaire est étonnamment libre d’emmêlant la végétation. Seulement où la lumière parvient à filtrer à travers la canopée, la végétation prolifèrent. Marcher dans la forêt tropicale est comme prendre une mesure du temps. Le monde moderne et tout son stress s’effacent dans l’insignifiance. Cloudforest Les forêts sur les pentes des montagnes et des volcans du Costa Rica sont souvent drapés dans la brume et les nuages. Les algues, les mousses et les lichens s’implantent sur des surfaces constamment humides, offrant une place pour les orchidées, broméliacées, fougères et d’innombrables autres plantes montantes. Des conditions parfois difficiles comme les vents dominants et les sols sursaturées sont des causes de la forêt rabougris – comme la forêt de lutin à continental Divide près du Monteverde ou le gnarly, petit de bois au sommet du volcan Poás. La forêt de nuage capture l’imagination de même les plus cyniques parmi nous. Il émane un sentiment de vie ancien et les plus durable. De la paix. Assis tranquillement au-dessus, sa queue longue duveteuses se balançant doucement dans la brise, c’est un oiseau rouge écarlate et émeraude qui semble incarner l’esprit de la forêt de nuage. Judicieusement nommé, le Quetzal resplendissant est considéré par beaucoup comme le plus bel oiseau du monde. Les volcans et les montagnes Neuf des volcans du Costa Rica rappèlent vivement aux visiteurs de la super puissance contenue par le mince manteau terrestre. Volcan Irazu, il est facile de voir pourquoi, Neil Armstrong a déclaré que son paysage désolé ressemble à la surface de la Lune. Toute personne pénétrant dans le Poás gigantesque cratère avec son lac bouillant, sulfureux, rappelle combien fragile est homme de la supposée domination sur le monde. Arenal, plus actif et sans doute le plus étudié des volcans du tout Costa Rica, estacades et grondements avec une cohérence déconcertant et sa pyrotechnie nocturne ont frappé effroi dans le cœur de milliers d’observateurs. Sur les pentes de Rincón de la Vieja, le pouvoir est ventilé dans les marmites de boue bouillante, sifflement de fumerolles et de flux thermique. »Français

The non-volcanic Talamancas are ruggedly beautiful and contain two of the nation’s tallest peaks. The Inter-American highway, crossing the 11,453 ft. (3,491 m.) Cerro de la Muerte, reaches over 9,843 feet (3,000 m.) passing through highland forests of Costa Rican Oak and the only road-accessible « páremo » vegetation in the country. To see evidence of the glacier that topped 12,533 ft. (3,820 m.) Chirripó, during the last ice age, requires a 9 hour hike and cold weather camping. But it’s definitely worth the effort.
20120531-042647.jpg

20120531-042706.jpg

20120531-042721.jpg

20120531-042735.jpg

20120531-042748.jpg

;

20120531-042822.jpg

20120531-042839.jpg
Les cascades, the waterfalls, las cascadas

;

20120531-043026.jpg

20120531-043039.jpg

20121011-155541.jpg

Publicités

Auteur :

Pura vida

Commentez ici

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s